Home Le Plasmodium, nous le vaincrons !!!
Publications
  pdf
Synchronic macrophage response and malaria
Hyperhomocysteinemia in malaria
Chitotriosidase activity
Malaria: role of IL12, IL18,TGF-b
Modulation: IL18, IL12 and TGFb
IL18, IL12 malaria
IL12 and malaria
HbC protects against clinical malaria
 
Lower susceptibility to malaria of the Fulani
   
HbC Malaria
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Selon Malaria Clock, L'horloge du Paludisme préconisée par Barry Hearn, du premier janvier 2004 au 20 décembre 2006, plus de 1.152.776.879 personnes ont contracté le paludisme. Parmi ces individus infectés par le Plasmodium, plus de 8.700.000 en sont morts. Selon cette horloge, le paludisme engendrait une mort prématurée toutes les 10,5 secondes parmi les femmes enceintes ou les enfants de moins de 5 ans. Cette maladie infectieuse constitue un véritable problème de santé publique à 90 pays tropicaux qui ont une population de 2,4 milliards, soit près de 40% de la population mondiale.

Quand même le paludisme ne tue pas sa proie, il lui laisse des séquelles qui peuvent avoir une grande importance dans la vie de l’individu. Le stress oxydatif engendré par le Plasmodium lors du paludisme sévère pourrait influencer le rendement intellectuel de l’enfant. Outre les pertes humaines et de rendement intellectuel, cette infection causerait un grave préjudice à l'économie des pays tropicaux, dont elle ralentit la croissance à hauteur de 1,3 % par an.

Dans les zones endémiques du paludisme, 3 lits sur 10 des hôpitaux sont occupés par des malades infectés par le Plasmodium. Selon les calcules statistiques, une crise de paludisme serait estimée au coût de 10 jours de travail en moins.

La problématique de la thérapie du paludisme se pose aujourd'hui à cause de multiples souches de plasmodium chloriquino-resistantes. Selon certains auteurs, la chloroquine agirait au niveau de l’hème et de sa polymérisation au niveau des hématies. Dans la vacuole digestive du Plasmodium, l’hémoglobine est dégradée en acides aminés et en hème (Fe II). Ce dernier qui est un produit très toxique pour le parasite est oxydé en hématine (Fe III) puis polymérisé et transformé en un pigment “inerte”, non toxique : l’hemozoïne ou la bêta-hématine. La chloroquine bloquerait la transformation de l'hème. On pense que le complexe Hématine-Chloroquine inhiberait les enzymes responsables du stress oxydatif. Face à ces souches chloroquino-résistantes, le génie génétique nous ouvre de nouvelles voies de recherches:

1 - Les entomologistes tentent de transformer le stylets buccale et les glandes salivaires de l'anophèle pour qu'elle ne puisse plus aspirer le sang et dans le cas où il réussirait à piquer l'homme, qu'il ne puisse pas digérer l'hémoglobine. 2 – Recherche des gènes humains susceptibles de conférer la résistance au paludisme : HbS, HbC, G-6-PD, beta-Thal, Homocystéine, Chitotriosidase, HLA …

3 - Recherche génétique sur le Plasmodium en vue de pouvoir réaliser un jour un vaccin




 
Anophèle
 
Goutte épaisse de Plasmodium